Voici une liste non limitative d’expériences d’Autogouvernement. Chacune de ces formes d’Autogouvernement plus ou moins abouties mérite une étude approfondie.

Zapatistes du Chiapas : L’expérience d’Autogouvernement la plus durable observée à ce jour (Presque 30 ans d’existence) sur un territoire équivalent à la Belgique et comprenant environ 300 000 compañeros.

Rojava : Dans une région en guerre, la Fédération démocratique de la Syrie du Nord, à majorité Kurde, apparue en 2014 et empruntant les idées de Murray Bookchin, prévoit que les 5000 communes fonctionnent à terme comme des Assemblées indépendantes dans le cadre d’une démocratie directe.

Grèce antique : Bien que fondamentalement inégalitaire (esclaves, métèques et femmes exclus de la vie politique), la Grèce a vu naître, à son apogée 400 ans avant l’ère commune, des formes de démocratie directe : Ekklèsia ou assemblée les citoyens, magistrats tirés au sort, instances élues pour de courtes durées, mandats révocables, rotation importante des charges, etc.

Kibboutz : Villages collectivistes initialement à vocation agricole fondés par des juifs en Palestine en 1910. Les décisions prises par assemblée générale y régissent de façon très diverses mais en principe égalitaire la production, la consommation et l’éducation. Chacun des 250 villages, regroupant près de 120 000 personnes est autogéré, plusieurs fédérations les regroupent.

Conseils ouvriers : Organisations insurrectionnelles apparues notamment en Russie en 1917, en Allemagne en 1919, en Hongrie en 1956 et dans plusieurs pays en 1968 afin de gérer une usine ou un territoire par démocratie directe (non séparation entre la décision et son application, entre le législatif et l’exécutif).

Collectivités libertaires de Catalogne : En 1936 et pendant quelques mois, 2 millions de travailleurs reprirent en main leur outil de production, un demi-million de paysans mirent leurs terres et outils en commun.

Sociétés aborigènes : Les anthropologues ont dépeints des sociétés plus ou moins égalitaires, sans Etat, sans impôt, sans propriété, sans conscription, dont on pouvait choisir de ne pas suivre le chef. On peut citer les Mayas et autres peuples précolombiens, les Nuer au sud Soudan / Ethiopie, les Warlpiri dans le désert australien, Les Zo’é dans la forêt amazonienne brésilienne, les Iroquois, les Jivaros, les Inuits, les Trobriandais, etc.

Par ailleurs, de nombreuses expériences communautaires alternatives plus retreintes et non centrées sur l’autogouvernement existent :

  • Auroville en Inde : communauté mystique fondée en 1968 par Mirra Alfassa et toujours en cours d’expérimentation ;
  • La communauté de l’Arche fondée par Lanza del Vasto après sa rencontre avec Gandhi, en 1948 et qui compte trois communautés en France ;
  • Les quartiers Cristiana au Danemark, Exarcheia à Athènes et bien d’autres à travers le monde, en tant que foyers contestataires et au-delà du folklore touristique, peuvent sans doute aussi nous apprendre bien des choses.

Enfin, de nombreux penseurs ont théorisé l’autogouvernement tels Condorcet, inspirateur de la Constitution girondine sous la Révolution française, Murray Bookchin et son communalisme fédéré, etc.